La mer

La mer ne s’enivre que d’elle-même
Et de ses insondables profondeurs

De ses sublimes monstres
Et de ses inquiétantes créatures

Éternellement changeante et intranquille
Rongeant sans cesse le rivage immobile

Jusqu’à ce que s’effondrent

Enfin

Les falaises du réel

Aimer

aimer
c’est risquer de se noyer dans une mer de larmes
c’est s’abandonner de tout son coeur et de toute son âme
à une autre lueur à une autre flamme
à une autre douleur à un autre drame

Poésie

Il n’y a de poésie
que révoltée
contre tout
ce qui veut te détourner
de toi-même
et de ce rêve qui te crie
de vivre
à contre-courant
de la réalité
qu’on te propose
et dont
si tu le souhaites
tu peux disposer
à ton gré